Joli vol rapide à Saanen

Publié le par Steve Roh

Voilà de nombreux mois que je n'ai plus écrit d'articles sur ce blog. La faute peut-être à des vols un peu moins intéressants à raconter. Cependant bien des heures de vols ont coulé depuis ce temps, j'ai eu l'occasion de passer mon premier vol check à Lausanne, j'ai eu l'occasion d'annuler à deux reprises, en vols, des voyages vers le Tessin (merci madame Météo) et sinon j'ai fait de nombeux vols dans les Alpes.

Ha oui, samedi passé, j'ai participé pour la 2ème fois à des vols "Pour Tous", qui sont des vols offerts à des écoliers par les pilotes du club (GVM Sion) et qui permet à ces ptites têtes blondes de découvrir les joies de l'aviation, au travers d'un ptit vol d'une 15aine de minutes.

 

Un autre joli projet de vol aurait été un voyage à Ampuriabrava, au nord de l'Espagne, mais encore une fois, dame Météo faisant des siennes, il ne sera pas possible d'y aller.

 

La journée de samedi et dimanche étant promises magnifiques par un superbe anticyclone, j'ai propose à Rosalie de faire un ptit tour à Saanen. Cet aéroport, où j'ai eu l'occasion de m'y rendre déjà par 2x durant ma formation PPL, n'est pas très éloigné de Sion, mais nécessite de bien préparer non seulement le franchissement du col de Sanetsch et l'approche sur cet aéroport qui n'est pas très commune.

 

L'itinéraire prévu pour l'aller : Sion - Sanetsch - Gstaad et Saanen. Tout simple, en ligne droite, et ça ne devrait pas nous prendre plus de 20 minutes. La plus longue partie étant de gagner les 8500 pieds pour franchir le Sanetsch.

 

10h00, on arrive à l'aéroport, on check le carnet gris de l'avion et là, première surprise, le réservoir auxiliaire est inutilisable. On m'apprendra par la suite qu'un pilote a un peu trop violemment tiré sur la tige permettant d'ouvrir le réservoir auxiliaire, et cette tige lui est restée dans les mains....

Ce n'est pas grave, le vol aller-retour devant durer 1h maximum, plus le carburant pour un éventuel dégagement sur un autre aéroport et les 45 minutes de réserve, 100 lt (le contenu du réservoir principal) fera largement l'affaire.

Une fois l'état de l'avion validé, j'imprime les feuilles météo, zones militaires et je contacte l'aéroport de Saanen (il est PPR (Prior Permission Required)). Un sympathique monsieur m'informe en rigolant qu'il neige... mais bien évidemment le ciel est CAVOK (Ceiling And Visibility OK) aujourd'hui et j'obtiens facilement l'autorisation de m'y rendre. Il me donne même le vent et la piste en service (chose un peu rapide vu que je n'ai pas encore décollé...).

On se rend donc à l'avion, on fait les pre-checks et on embarque. Ca me fait plaisir de retrouver ce petit HB-KEB, je le trouve beaucoup plus "maniable" que le HB-KEE, surtout au niveau du roulage :).

 

Le plein de carburant fait, on contacte la fréquence sol et on roule au point d'attente Bravo pour faire le run-up. Au moment du décollage, je demande à la tour si c'est possible de directement virer à droite au dessus d'Ardon, en direction du Sanetsch. Autorisation accordée !

 

L'avion monte vite, on est chargé pour 850kg alors que sa masse max est de 1000kg. On vire sur Ardon, on survol Vétroz et Conthey. A l'approche du Sanetsch, on fait un 360 afin de prendre encore un peu d'altitude, toujours en restant au nord de la CTR de Sion, des parachutistes étant en train de s'envoyer en l'air.

 

Une fois l'altitude des 8500 pieds atteinte, on franchit le col du Sanetsch, légèrement enneigé.

Saanen-22-10-2011-0250.JPG

Saanen-22-10-2011-0270.JPG

Saanen-22-10-2011-0274.JPG

 

Un fois le col franchi, on débute la descente, car on est a environ 5 minutes de Saanen. On profite pour faire un ptit détour au dessus de Lauenen, jolie région que nous avons eu la chance de visiter cet été lors d'une ballade pédestre de 3 jours :

Saanen-22-10-2011-0283.JPG

 

Tout de suite, je contacte l'AFIS de Saanen, afin d'obtenir la confirmation du vent et de la piste en service. Ce contact m'aurait permis de faire une approche directe. Malheureusement, l'agent AFIS ne répondant pas, j'ai décidé de passer par une verticale, afin de repérer les différents éléments qui me permettront de préparer l'atterrissage : vent, piste en service, luminosité, traffic sur la piste,...

 

Une fois la verticale terminée, on intègre le vent arrière de la piste 26, vent arrière qui nous amène à survoler Gstaad :

Saanen-22-10-2011-0291.JPG

 

L'atterrissage se déroule sans problème et une fois l'avion parqué, en bordure d'un champ où brouttent quelques vaches, on se rend au bureau C.

La taxe payée (25.-- CHF), l'agent AFIS nous demande si on désire des vélos pour nous rendre à Gsaad. Ni une ni deux, on accepte un vélo chacun (pour 10.-- CHF par vélo) et on se dirige direction Gstaad :

Saanen-22-10-2011-0293.JPG

Arrivé à Gstaad, on se pose sur une sympathique terrasse et on déguste un bon ptit steak de boeuf. Après une ptite ballade dans ses belles rues, on retourne à l'aéroport rejoindre notre avion.

 

L'itinéraire de retour sera Chateau-d'Oex - Col des Mosses - Villars - Pas de Cheville et Sion.

 

On remonte la piste et on décolle piste 26. Directement après le décollage, on vire un peu sur la droite afin d'éviter la colline qui se trouve en prollongement de l'axe de piste. On atteind assez rapidement l'altitude de 6000ft (Saanen étant à 3300ft) qui nous permet de franchir aisément le col des Mosses.

Saanen-22-10-2011-0311.JPG

 

On continue direction le Pas de Cheville, en survolant Villard :

Saanen-22-10-2011-0317.JPG

 

Puis tout s'enchaîne, descente rapide sur Riddes (point d'entrée Whisky), vent arrière piste 25 et atterrissage sans problème à Sion.

 

21 minutes à l'aller, 23 au retour, c'était un joli petit vol !

 

Voilà, à bientôt !

Publié dans Vol réel

Commenter cet article